Le 17 octobre 2013, en partenariat avec la Médiathèque Pierre-Moinot, La Belle Heure a ouvert la saison 2013/2014 avec Denis MONTEBELLO, pour Tous les deux comme trois frères, publié en 2012 aux éditions Le Temps qu'il fait. Fragments sans chronologie, avec des digressions parfois sans retour, il s'agit pour l'écrivain de montrer comment la mémoire "travaille"  - au sens que l'on donne à ce verbe pour le bois - , de laisser surgir les souvenirs dans le déroulé d'une pensée intérieure, de les trouver comme le cueilleur qu'il est trouve des champignons... "J'écris comme je cherche les champignons" confie-t-il, évoquant une écriture erratique. Le récit autobiographique est en effet pour lui un mensonge, c'est donner du sens à ce qui n'en a pas. Il s'agit donc d'écrire à partir des traces présentes du passé. C'est bien en archéologue que Denis Montebello a évoqué son enfance de petit-fils d'immigré italien dans les Vosges: des expressions ("Tous les deux comme trois frères"), des plats ( la tétine de boeuf), des émotions... autant de traces, de fossiles à saisir avec lui.

Le 2 décembre, à la demande du Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes, La Belle Heure a animé , à Melle, la rencontre avec Elie TREESE, un des auteurs en lice pour le prix La Voix des Lecteurs qui sera attribué le vendredi 17 janvier 2014 à l'un des cinq écrivains sélectionnés ( www.livre-poitoucharentes.org ) . Ni ce qu'ils espèrent, ni ce qu'ils croient  - titre emprunté à Héraclite - est le premier roman de Elie Treese, publié aux éditions Allia. Quatre hommes se rassemblent une nuit de lune froide pour voler du gasoil sur un chantier au profit de Hadès, le plus âgé d'entre eux. C'est Maroubi, le plus jeune, qui raconte les tensions entre deux caractères de chef (Hadès et Low, l'ancien et le nouveau), la distance prise par le troisième personnage, His Majesty. Elie Treese annonce d'emblée sa passion pour le roman américain, regrettant toutefois la violence extrême des récits des dix dernières années. Sa préférence va à Steinbeck, Faulkner et particulièrement Richard Brautigan. Il a choisi de placer la violence au niveau du langage principalement. La langue qu'il écrit joue sur les contrastes entre la trivialité des propos échangés par les quatre voleurs, rapportés sans rupture de ponctuation ou de mise en page dans le monologue de Maroubi, et une forme de lyrisme dans l'évocation de l'atmosphère de la nuit glacée: on peut même y entendre quelques octosyllabes. Mais de père américain, Elie Treese se dit aussi très habité par la culture européenne : confiant ne pouvoir écrire qu'en s'accrochant à une histoire déjà écrite, il explique son choix de s'inspirer pour ce premier roman, de l'histoire d'Ajax, fils de Télamon, guerrier grec dont Sophocle a fait le héros de sa tragédie Ajax . (Son deuxième roman, à paraître en 2014, s'inspire du Roman de la Rose.)

Hervé BOUGEL n'est pas un éditeur ordinaire! C'est ce qu'auront compris ceux qui sont venus l'écouter le 5 décembre à la Médiathèque Pierre-Moinot! D'abord, il édite de la poésie. Ensuite, il fabrique lui-même les "petits livres cousus main" que vous recevez dans votre boîte aux lettres quatre fois par an si vous avez la chance d'être abonné. Il connaît votre nom, il se réjouit de venir de Grenoble à la rencontre de ses lecteurs de Poitou-Charentes (une trentaine), de les enchanter de sa collection de petits livrets carrés à la couverture précieuse et colorée. Il a pris la relève après Roland Tixier qui en avait réalisé 72 de 1978 à 1995. Hervé Bougel en a pour sa part 79 à son actif. Depuis ses débuts en 1997, il s'applique à offrir à l'auteur un support propre, à le diffuser, à constituer un catalogue, dans la belle tradition de la revue, du livret, de la plaquette qui gardent une légitimité très forte dans l'édition de la poésie. Les papiers précieux, achetés dans une boutique de Grenoble, arrivent quelquefois d'Inde, sont parfois bloqués sur des cargots dans des ports lointains. Il faut les attendre car la couleur, l'impression n'ont pas été choisis au hasard: il arrive qu'un texte impose une couleur !... Le texte justement, Hervé Bougel le veut concis (16 pages, c'est la contrainte!) et percutant. Il n'hésite pas à bousculer l'auteur pour tirer le meilleur de son écrit. C'est qu'il est lui-même poète et le comité de lecture des éditions pré#carré, c'est lui et lui seul, avec ses exigences et sa passion!... Ce qu'il écrit lui-même? "J'écris ma mémoire" confie-t-il... C'est le cas dans le recueil Travails (avec un s, oui!), fait de forages verticaux dans la mémoire ou dans Les Pommarins, souvenirs de ses années de travail en usine. Quant aux Petites fadaises à la fenêtre, elles sont les observations du spectacle banal de la rue, celles d'un homme à sa fenêtre, un poète peut-être, qui sait regarder... Mais Hervé Bougel, c'est aussi l'inventeur, sur facebook, de la PQB (la photo qui bouge) et là, c'est une autre histoire! Pour en savoir plus, http://precarreditions.hautetfort.com

 

Une rencontre avec François Place, c'est une échappée assurée aux rivages de l'enfance. Les niortais venus l'écouter le 20 février ont vite quitté la médiathèque pour emprunter avec lui les chemins de l'aventure. Il a suffi que l'auteur lise les premières pages des deux romans du Secret d'Orbae pour que petits et grands le suivent avec le marchand Cornélius sur la route de "la toile à nuages", qu'ils rencontrent Ziyara, "vagabonde des mers", qui connaît toutes les îles aux épices. La précision des dessins qui ont accompagné la lecture passionnée de François Place, dessins à la fois rigoureux et pleins de fantaisie poétique, ancre ses récits dans une réalité qui n'existe pourtant que dans l'imaginaire de son inventeur. Les trois tomes des Atlas des géographes d'Orbae témoignent de cet art particulier qui consiste à créer des mondes: chaque lettre de l'alphabet est la carte de l'un d'eux, chaque carte annonce une aventure qui sera déployée ensuite en mots et en images. Dans un monde aux limites connues où toute terre est accessible, François Place continue de lire les récits des grands voyageurs du passé: il trouve là une source inépuisable d'inspiration. Marco Polo des temps modernes, il écrit un Livre des Merveilles à sa façon. www.francois-place.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site